J’écume mes jours et mes nuits,
Sur un air de Vivaldi, ou un songe de Botticelli
Imaginant Venus revêtu comme un enfant,
P’tite fille ou p’tit gars, un androgyne quoi
Et l’envie de croire à sa beauté, quitte en s’en submerger.

His wicked sense of humour will arouse you,
His or hers how could you tell, where and when
They’re together, it’s all quite the same
It’s kind of like nothing else would ever
Even matters, no more, as if the sky could fall.

Comme si Lauryn, une belle colline enchantée
Venait être visitée par un bel Angelo pour lui chanter,
Et lui susurrer une leçon de Miséducation.

N’ayant pas encore lu Boris Vian et m’en lamentant,
Je perds mon temps en fantasmant à Romain Gary,
Non pas lui, mais l’autre, perdue dans les images de Michel Gondry.
Je galère dans mes brumes n’ayant pour autre pierre de lune,
Que la voie lactée de Dédé et les vers de Charles Baudelaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *